Le trail à la loupe, les Assises de la discipline...

Publié le par Hors traces

Dans le cadre de l'Ultra Trail du Mont-Blanc, se déroule aujourd'hui les Assises du Trail. Le but étant de statué sur la discipline afin d'éviter dérives et autres fantaisies en tout genre, mais aussi structurer un peu le tout afin d'aboutir à plus de stabilité. Les sujets abordés sont multiples et divers, j'attends avec impatience le bilan !

 

 

Assises Internationales du Trail
Courmayeur – 3 septembre 2012
sous l’égide de la Fédération Française d’Athlétisme

 

 

Organisation
Les Trailers du Mont-Blanc, en collaboration avec les Courmayeur Trailers, un collectif d’organisateurs de trails représentatifs (plusieurs pays, plusieurs challenges, fédérés ou non, plusieurs équipementiers…), la FFA, la commune de Courmayeur et la Région Vallée d’Aoste, la Vallée de Chamonix Mont-Blanc.


Objectif
Déterminer pour le court et moyen terme des lignes politiques convergentes entre les différents acteurs du trail : organisateurs, fédérations, coureurs, marques, médias… à l’échelle internationale


Qui sera présent ?
Nous souhaitons réunir un maximum d’organisateurs de plusieurs nations (France - métropole et outre-mer-, Italie, Suisse, Espagne, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, USA, Japon, Pologne…). Nous invitons également les autres acteurs du trail (fédérations, marques et athlètes de haut-niveau, presse). Cependant, en raison de la capacité de salle de congrès mis gracieusement à notre disposition par la commune de Courmayeur, mais aussi pour permettre une bonne qualité des débats, le nombre de places est limité à 200. La répartition des différentes délégations sera approximativement la suivante :

 

Fédérations, institutions et officiels 30
Marques 25 (1)
Presse 25
Organisateurs 120 (2)
Total 200


(1) chaque marque pourra être représentée par 2 personnes, dont un athlète du team
(2) limité à 1 personne par organisation, sauf si moins de 120 organisations sont représentées

 

Retransmission des assises sur Internet
Dans le cadre du dispositif « WEB‐TV » qui sera mis en place durant The North face® Ultra‐Trail du Mont‐Blanc®, ces assises seront retransmises en direct et en différé sur internet.

 

Ordre du jour
1. Définition du trail
2. Les valeurs du trail
3. La gestion des athlètes de haut-niveau
4. Relations avec les Fédérations Nationales et Internationales
5. Mise en place d'un classement international


Présentation des thèmes proposés à l’ordre du jour


1) Un premier objectif de ces assises serait de valider une définition internationale du trail dégageant les caractéristiques les plus importantes du trail et permettant de bien distinguer le trail d'autres disciplines voisines.
Une définition sera présentée et discutée.


2) Le second thème de ces assises, le plus important à nos yeux, est de réaffirmer les valeurs du trail : équité, respect, transparence, solidarité, partage, que ce soit par rapport à soi-même et à sa santé (actions de prévention, engagement contre le dopage…) ou par rapport aux autres (liens privilégiés avec les concurrents, les bénévoles, la population locale...) ; respect de la nature et éco-responsabilité. Une charte éthique sera présentée et discutée.
En complément, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc® souhaite faire une communication sur l'action en faveur de la santé qui est menée depuis quelques années en collaboration l’association Athlets For Transparency. Cette action a été initiée fin 2007 à la demande de coureurs de haut-niveau avec pour objectifs de conserver l'esprit et l’authenticité de
l’événement, de garantir le plus possible que les courses se déroulent équitablement et de permettre aux athlètes de haut niveau de montrer le chemin de l'exemplarité en s'engageant à la plus parfaite transparence, tout en s’adressant à l’ensemble des coureurs.


3) En lien avec cette charte éthique qui permettra de bien signifier ce que l'on veut préserver, il y a sans doute des choses qui doivent évoluer. La question des coureurs de haut-niveau, en particulier, se pose. Nous souhaitons
conserver longtemps des athlètes exemplaires, simples et humbles (une citation de Kilian Jornet illustre bien cela : "Car gagner ce n’est pas finir en première position. Ce n’est pas battre les autres. Gagner c’est se vaincre soi‐même…"). Mais il faut comprendre également que leur vie peut être compliquée et se poser la question d'une répartition équitable des revenus du trail entre organisateurs, athlètes et marques. La question des invitations et primes est donc posée, et un texte de cadrage sera proposé et discuté.


4) Comment fédérer concrètement les organisateurs, afin de donner de la cohérence à l'ensemble des courses, de manière solidaire ?
Nous essayerons de faire un état des lieux : parmi les pays représentés, quelles sont les relations avec leurs fédérations ?
Cette question trouve déjà une bonne réponse en France depuis la création du groupe de travail "trail" en 2006. Mais le système actuel se limite aux membres du TTN + 2 ou 3 organisations majeures. Quel équilibre entre cooptation et candidatures via le TTN ?
Deux interventions du Président de la FFA, Bernard Ansalem, puis d’André Giraud, viceprésident en charge du hors stade ou de Michel Huertas, président de la CNCHS, expliqueront comment cela fonctionne et montreront, au regard des évolutions prévues en 2013 et 2014 comment la FFA oeuvre pour structurer le trail en étant à l'écoute des
organisateurs et des athlètes.
Qui est l'IAU ? Est-elle représentative du trail ? Quelle valeur a le Championnat du Monde qu'elle organise ? etc... En l'absence de contact avec l'IAU, nous n'avons pour l'instant que des questions, mais des discussions préalables pourraient apporter quelques réponses et permettre d'organiser une éventuelle intervention de l'IAU au-cours de ces
Assises.
Quel est le travail réalisé par la IUTA en Italie ? Intervention du Président de la IUTA, Gregorio Zucchinali.
Qui représente le trail « court » (en-dessous de 42km) en Italie et à l’international ?
A moyen terme, est-on en capacité (RH et financière) de regrouper environ 700 organisateurs et de procéder à des élections pour officialiser la représentation (collège par typologie de course ?)


5) Nous proposons à toutes les organisations qui s'engageront sur les textes validés à la suite de ces assises de participer à un classement mondial commun permettant de désigner à la fin de la saison les meilleurs trailers de l'année et permettant à chaque coureur de situer son niveau de performance.
Ce classement a été établi par Didier Curdy, coureur de trail passionné de statistiques, qui travaille à ce projet depuis plusieurs années. L’idée originale de ce classement consiste à comparer la performance réalisée par chaque coureur à la meilleure performance mondiale virtuelle sur une distance équivalente. Pour ce faire, Didier Curdy a relevé l’ensemble des meilleures performances mondiales en ultra, du marathon aux courses de plusieurs centaines de kilomètres. Ces données, une fois reportées sur un graphique, ont été reliées entre elles par une courbe qui permet ainsi de déterminer, pour chaque distance au-delà de 20km, le « record du monde virtuel » sur cette distance. Pour chaque course, on calcule l’effort en considérant à la fois sa distance, son dénivelé positif et son dénivelé négatif, selon un barème soigneusement établi depuis plusieurs années par comparaison des courses entre-elles (en analysant les performances sur chaque course d’un échantillon le plus large possible de coureurs communs à ces
courses). Il est alors possible d’attribuer à chaque coureur un nombre de points calculé en proportion du temps mis par le coureur par rapport au « record du monde virtuel » sur la distance équivalente. Sur la base de ce classement, un groupe de travail sera constitué afin d’établir un règlement précis répondant aux attentes des organisateurs (classement par état, classement mondial, classement par type de trails…), avec pour objectif que ce classement puisse être mis en place dès 2013.


Conclusion provisoire
In fine, notre objectif est que chaque acteur du trail y trouve son intérêt :
- pour les coureurs de haut-niveau : favoriser leur pratique ; avoir une reconnaissance plus structurée de leurs performances ; favoriser leur médiatisation ; garantir le mieux possible que le trail est et restera un sport sain


- pour les coureurs du peloton : continuer à bénéficier d’une offre étoffée de courses, où la libre concurrence permet de disposer de courses non standardisées. Disposer de garanties de sécurité et de respect de la réglementation en vigueur dans le pays concerné, rester au contact des athlètes de haut-niveau ; avoir avec eux des échanges fraternels, amicaux ; pouvoir se situer dans des classements nationaux et mondial


- pour les marques : s'assurer d'une mobilisation du public ; s'assurer la motivation et la croissance du nombre de pratiquants ; créer de l'intérêt supplémentaire autour de ce sport original porteur de fortes valeurs, avec des histoires à raconter, des champions à mettre en avant


- pour les organisateurs d'événements : s'assurer une exposition médiatique supplémentaire ; conserver la motivation des coureurs ; garder le contrôle sur leur avenir, parvenir à un équilibre des représentativités (coureurs, organisateurs, marques..) auprès des pouvoirs publics et des instances fédérales. Chaque organisateur sera libre d’adhérer à ce mouvement. En le faisant il s’engagera sur le respect et la promotion des règles du jeu mises en place, il trouvera un espace d’échange privilégié avec les trails du monde entier et les fédérations délégataires et il accédera à un espace commun de communication et de promotion du trail.

 

A défaut de parvenir à un consensus large avec tous les acteurs, on peut imaginer que ces assises soient à minima l’expression d’un très large collectif d’organisateurs ; permettant d’éditer un document cadre sur l’avenir du trail, vu par les organisations et en accord avec le monde fédéral. Ce document cadre pourra ensuite être signé par d’autres organisateurs non présents à Courmayeur.

Publié dans Général

Commenter cet article