Trail des Mélèzes - 28 km

Publié le par TNE

Après le Trail du Ventoux, c'était pour moi le deuxième objectif de l'année. Repéré en début de saison lors de mes recherches virtuelles, ce trail avait attiré mon attention et collait parfaitement à l'évolution logique que je m'étais fixé cet hiver. Le Mercantour fait rêver tout les amoureux de nature et rien qu'à entendre ce nom j'en avais des frissons dans le dos. Bien m'en a prit puisque par respect pour l'équilibre fragile du Parc National, les parcours n'y retourneront plus pendant quelques années.

 

Après un bon bloc d'entraînement réalisé depuis 6 semaines, j'abordais sereinement l'épreuve malgré une légère fatigue générale due au travail et aux fortes chaleurs. La seul inconnue était  ma réaction en altitude, même si nous parlons ici d'une altitude raisonnable, c'était la première fois que j'allais effectuer un effort physique intense à plus de 2500 m.

 

PXR SAM 0502

 

Partis la veille nous avons passé la nuit au petit camping (fort sympathique) des Pommiers à Colmars-les-Alpes, l'occasion de retrouver des coureurs et de discuter un peu du parcours du lendemain...

 

PXR SAM 0505

 

La nuit fut fraîche et pas très agréable mais au matin l'envie et la motivation prenait le dessus sur la fatigue.

 

PXR SAM 0509

 

A 9 heures précise le départ était donné, après seulement 100 m nous attaquions les premières pentes, et seulement 200 m plus loin nous nous engagions dans le premier monotrace, autant dire qu'avec près de 300 partants les embouteillages furent rapides. Mais avec un peu de patience, les choses se sont vite éclaircies et j'ai rapidement prit un rythme marche/course qui me convenait bien. La montée un peu raide parfois entrecoupée de quelques sentiers en balcons et de deux bonnes petites descentes/remontée nous amenait vers le sommet de la Colletta en longeant le ravin de la Lance et en traversant le ruisseau du Chastelas. On est rapidement dans l'ambiance, le paysage et l'atmosphère sont très montagne, des rochers, des herbes hautes et bien vertes, et surtout l'épaisse forêt de mélèzes qui donne sont à la course. Au premier point haut de ce parcours (1850 m) nous amorçons une rapide descente via la Chapelle St-Jean, en direction du ravitaillement au lieu-dit Ratery (départ de ski de fond l'hiver).

 

PXR SAM 0526

 

Après 4,5 km de course, les sensation sont très bonnes, la moyenne reste faible, déjà 55 minutes de course mais la route est encore longue !

 

PXR SAM 0523

 

Nous reprenons le tracé par une large piste qui permet de reprendre le rythme, avant d'attaquer la première vraie descente en direction du ravin de Clignon, 225 mètres de dénivelé négatif, de belles épingles rapides et des racines, très jolie descente rapide qui nous conduit jusqu'au ruisseau. De là, la longue montée vers le col commence, 9 km pour 1100 de dénivelé, d'abord doucement, il est possible de courir tout le temps. Petit à petit les sommets se dévoilent et nous atteignons une magnifique prairie typique de la haute-montagne, un tapis de fleur recouvre le sol.

 

PXR SAM 0557

 

Il est temps de pénétrer dans le Parc National, le balisage de la course disparaît seul le sentier nous guidera. La pente s'élève doucement, nous arrivons au pied du Pas de l'Echelle, un temps fort dans la longue ascension. Le chemin serpente dans une barre rocheuse, nous rattrapons les premiers randonneurs qui peinent un peu. Passé finalement sans difficulté le Pas de l'Echelle m'aura permit de doubler pas mal de coureurs en difficulté. Le sentier poursuit en balcon surplombant les lacs de l'Encombrette dominé par le rocher du même nom. Encore quelques lacets et nous atteignons le col de l'Encombrette point culminant de la course à 2527 m.

 

panneau encombrette

 

encombrette

 

La vue est à couper le souffle, le passage est vraiment magnifique avec le Lac d'Allos en contrebas..

 

lac allos 2

 

Les jambes ont durci durant la montée, le changement de rythme en descente est un peu délicat au début ! Quelques centaines de mètres est je me libère, les sensations reviennent et je prends un rythme de croisière  La descente est roulante peu pentue, le sentier est parsemé de quelques zones rocheuses avant de se transformer en large piste puis en petite route pour nous conduire au 2e ravitaillement. Je prends le temps de m'arrêter de souffler un peu, m'étirer et d'avaler quelques morceaux de fromage et saucisson, seuls aliments qui me font envie à ce stade de la course... Une pause bénéfique qui me permet de repartir revigoré pour continuer la descente qui devient un peu plus technique et ludique en forêt sur le GR 56 au dessus du Torrent du Chadoulin. Malheureusement à ce moment la batterie de mon GPS me lâche, ce qui me perturbe pas mal... Nous rejoignons le torrent pour passer sur l'autre rive et avaler une dernière petit montée.

 

PXR SAM 0560

 

La fin de parcours sera pour moi un long calvaire, les derniers 5 km trop roulants, sur un sentier vallonné me sapent le moral et les jambes me lâchent, la distance me semble interminable, les concurrent me doublent un à un et me laissent collé sur place... J'aperçois enfin Allos, je serre les dents dans les dernières pentes pour rejoindre les rues du village, un dernier effort pour rejoindre la ligne d'arrivée que je franchit en 4h08'09" en 81e position, les larmes au yeux, partagé entre douleur et bonheur...

 

PXR SAM 0569

 

Le trail de SIsteron était la plus belle course  depuis mes débuts, mais ce trail des Mélèzes surclasse largement celui-ci, des paysages incomparables, une flore hors du commun et cette atmosphère de montagne qui colle à la peau durant les 28 km... C'est le plus beaux mais aussi le plus dur ! Sans doute la course, VTT et vélo confondus, la plus dure de ma petite carrière de sportif !

Publié dans Trail

Commenter cet article