Trail des Vieilles Pierres 2010, Version "allégée"

Publié le par TNE

La nuit de samedi à dimanche fut orageuse, des trombes d'eau se sont déversées sur le Vaucluse, n'épargnant pas le Luberon. Dimanche matin à l'ouverture des volets vers 7h, de fines gouttes tombent encore... Ce n'est qu'au lever du jour que la pluie cessera.

 

vue oppede

 

A l'arrivée à Oppède il règne une ambiance de massif vosgien... Malgré cela, la douceur règne et rien n'entamera mon enthousiasme, sauf... l'annonce de l'organisateur qui a décidé ce matin de raccourcir le parcours à 12 km nous privant ainsi de la magnifique première partie par le Vallon de Combres et de la fabuleuse descente de la Barre de Gautier, devenus ruisseaux, puis torrents en fin de nuit, rendant la course trop dangereuse... Nous nous contenteront de ce qui aurait du etre la seconde boucle par le Mourre de Flamarin et les Hautes Plaines. 

Il est vrai que tous les organisateurs n'ont pas la capacité de réaction d'un Serge Jaulin (Action Ventoux) mais un parcours de substitution n'aurait pas été un luxe., surtout pour les participants venus spécialement de Saint-Etienne et de Dignes.

 

ligne depart oppede

 

Malgré tout l'ambiance n'est pas entachée et c'est en comité restreint (seulement 160 courageux au départ) que nous prenons la direction des combes du Luberon.

 

depart oppede

 

Les quatre premiers kilomètres alternent courtes montées et descentes raides et permettent à l'organisme de s'éveiller doucement. Après cette mise en jambes, c'est une belle ascension de 3 km pour 550 m de dénivelé qui se dresse devant nous. Prenant rapidement mon rythme j'arrive, en alternant course et marche rapide à remonter bon nombre de coureurs qui semblent être en difficulté. Peu à peu la vue se dégage et malgré un ciel bouché, nous permet d'admirer le paysage dominé par le Mont-Ventoux fraîchement couvert de neige. Au sommet la pente laisse place à un zone de lapiaz, typique du massif, où les pierres acérées prennent une inclinaison si particulière, rendant la progression délicate. M'accommodant à merveille de se genre de terrain j'arrive à garder une bonne allure sans trop d'hésitation. Mais la longue portion de route sur les crêtes viendra entamer cette belle progression, comme d'habitude, je peine à garder un rythme de croisière élevé et de nombreux coureurs en profitent pour augmenter l'allure. M'accrochant à un petit groupe, je serre les dents et regarde le GPS qui indique 15, puis 16,5 km/h... Après deux kilomètres dignes d'un 10 km, nous abordons la descente... Enfin je peux me laisser aller, décontracté malgré le terrain glissant et les nombreuses pierres, marches et autres obstacles, je trouve un rythme intéressant me permettant de me refaire une santé. Et cette fois-ci (contrairement au Ventoux) la descente restera technique et difficile jusqu'au bout et même les pieds dans l'eau sur la fin, c'est un régal !

 

retouche-arrivee-oppede

 

En bas du village, nous abordons de vieux escaliers qui nous hissent vers la ligne d'arrivée, que j'aborde un peu frustré par cette (trop) courte escapade, mais bien content des sensations ressenties et du chrono qui me surprend un peu.

 

arrivee oppede 2

 

Malgré les 700 mètres de dénivelé avalé, j'ai pu resté sous la barre des 1h20 avec un temps de 1h18'45" me plaçant 34e.

Le Luberon a tenu toutes ses promesses, un parcours à la hauteur de mes espérances, quel dommage que le ciel ne nous est pas épargnés et laissés profiter de l'intégralité du circuit ! Rendez-vous est prit en 2011, sous le soleil ?

 

Publié dans Trail

Commenter cet article