Traversée du Petit Luberon

Publié le par TNE

Voilà une idée qui me trottait dans la tête depuis longtemps. L'envie de traverser le petit Luberon en courant était devenue trop forte ! Et maintenant c'est chose faite...

 

J'ai longtemps hésité sur le parcours et c'est finalement cette semaine que j'ai effectué les derniers changements. La neige tombée ces derniers temps et les températures basses ont rendu certaines combes très glissantes voir même dangereuses. Pas question pour moi de m'embarquer dans une galère et de risquer une blessure à cette période de la saison.

 

Le but étant de rallier Bonnieux en empruntant sentiers connus et inconnus, passant par quelques points d'intérêt majeurs du massif sans trop me servir de la route forestière des crêtes... Samedi matin lever 9h, le temps est au beau fixe, pas un brin de vent et une température de 7°C, pas mal quand on pense qu'il y a une semaine à la même heure il faisait -10°C.

Un bon petit déjeuner et moi voilà partis sur les chemins. J'entame tranquillement le Vallon de la Combe en guise d'échauffement et arrive rapidement au pied de la première difficulté, la montée par les crêtes de l'Aiguille.

 

roche ronde

Vue sur Roche Ronde la montée

 

C'est un sentier technique et pentu, qui présente des pentes jusqu'à 45 % dans la partie haute, il me fait gagner le plateau du Colombier après 200 m de dénivelé en moins d'1,5 km. Une fois sur le plateau le cheminement est tranquille, la vue est dégagée sur le Ventoux, Dentelles de Montmirail, Alpilles, ont aperçoit les sommets enneigés des Ecrins et du Dévoluy tout au fond. Le terrain reste cependant technique avec les traditionnels lapiaz, typiques du massif. Je passe le Crâne du Colombier et plutôt que de redescendre dans le vallon de la Sapine, je reste sur le sentier des crêtes qui est plus intéressant visuellement et techniquement. Je rejoint ainsi le sommet des Fourcats qui offre une des plus belles vue du massif avec cette fois, Sainte-Victoire et Sainte-Baume en plus !!!

 

sommet des fourcats

Sommet des Fourcats

 

De là, un bout de piste et 1,5 km de route me conduise à l'Abri du Pradon où l'on trouve les premiers cèdres de l'Atlas.

 

abri du pradon

Le Pradon

 

C'est ici que démarre une belle descente vers les Gorges du Régalon. Le début en forêt et sous-bois est très caillouteux, on débouche sur un vaste panorama, un premier temps fort de la sortie. La suite de la descente, tantôt en balcon, tantôt raide et technique est un grand moment de trail, je n'étais jamais passé par ce coin là malgré la proximité avec la maison, mais c'est une vraie surprise...

 

depuis serre long

 

Je continue sur le GR6 par une longue portion de piste en pente douce qui m'amène sur les hauteurs des Gorges du Régalon, que je ne visiterai pas aujourd'hui mais qui valent vraiment le détour. Je rejoint un sentier qui serpente et joue avec les rochers dans une ambiance humide et fraîche qui contraste à la douceur du moment.

 

regalon

 

S'en suit alors une longue alternance de sentier et de piste vallonnés via la maison forestière de Font de l'Orme (mi-parcours), où je longe ses grandes prairies d'herbe sèche appelées "Crau" dans ce coin du Luberon. Aux ruines de Bourdillon, je replonge sur un sentier tortueux, technique et retrouve cailloux et pentes raides ! Je m'enfonce dans le Vallon du Tour Nègre en direction des Rochers de Onze Heures, deuxième grosse difficulté de la journée. Le début de la montée est calme et peu pentue mais après 25 km, les jambes commencent à me rappeler à l'ordre, j'alterne donc marche et course. Ne connaissant pas le terrain, je suis surpris de me heurter à un "mur" à la sortie des sous-bois. J'entre dans une autre dimension, plus minérale, où le soleil chauffe la roche, le sentier se dresse et entame la véritable montée vers les Rochers. Entre pierriers et graviers, il se faufile pour atteindre le pied de l'imposante muraille.

 

trace rocher onze heures

 

La trace suit les failles de la roche et me conduit rapidement au sommet, deuxième temps fort de la journée, 250 m de dénivelé sur 800 m de distance.

 

sommet onze heures

Sommet du Rocher de Onze Heures

 

Un sentier bien cairné m'amène sur la route forestière où je décide de faire une pause au soleil sur de beau rondins de bois. Une banane, et quelques pâtes d'amandes me donnent la force de continuer. Il reste 13 km pour rallier Bonnieux, la fin de  parcours par la forêt est plus tranquille mais la fréquentation des lieux est un peu oppressante. A cette endroit la semaine dernière, il y avait 10 cm de neige, moi et mon VTT étions seuls au monde ! Je peine à trouver l'accès à la Roque des Bancs et tourne un peu en rond sur les multiples traces du secteur. Là encore la surprise est de taille, l'endroit est atypique et la panorama vaut vraiment le coup. Le sentier passe au pied des falaises et continue sa route en balcon pour me ramener au coeur des cèdres de l'Atlas.

 

roque des bancs

Roque des Bancs

 

Passage éclair par le Belvédère des Portalas, la descente orientée plein nord et recouverte de neige dure bien glissante, petit séance de dérapages incontrôlés. La fatigue se fait vraiment sentir et un point de côté ne me lâche plus depuis près d'une heure. La descente vers Bonnieux sera longue et éprouvante mais la vue sur le Val Masque et la vallée du Calavon vaut bien la peine de souffrir un peu !

 

Bonnieux

Bonnieux

 

La fin de parcours sur la route ne sera pas si ennuyeuse que prévue car dans ma tête c'est un peu la tempête, je me rend compte que je vais touché du doigt cette barrière des 40 km et faire voler en éclat les 4h45 de course au Caroux qui était jusqu'à ce jour mon "sommet". Après 6h26 d'effort j'atteins l'église de Bonnieux point final de cette traversée magique...

Cette idée de traversée me plaît beaucoup, je compte remettre ça mais pour aller vers Lourmarin cette fois-ci avec un nouveau parcours !

Prochain rendez-vous dans la Drôme le 30 mars et 1 avril pour un tour en Drôme Provençale par les sommets du Merlu, Miélandre, Lance et Cougoir.

Publié dans Escapades...

Commenter cet article

samuel 15/11/2012 09:38

merci à toi pour ce récit qui fait envie de faire cette traversée...
A bientôt sur les sentiers du petit luberon !
SB